Le Conflent est passé au tout numérique

Le Sénateur Maire Paul Blanc et Erik Château Gérant de la Société NextWay intégrateur de système

Lundi 28 novembre 2011, à minuit, la télévision analogique finissait officiellement son existence sur le territoire français. Première étape en ce mardi 29 à 13 h 55 exactement : le relais TDF de Taurinya, en présence du nouvellement retraité maire sénateur Paul Blanc, président du Syndicat intercommunal de télévision du Conflent, effectuait le passage en l’espace d’une dizaine de minutes. C’est Erik Château, le technicien, gérant de la société NextWay intégrateur de système, qui a activé toutes les connexions.Quinze relais TDF

« Grâce à nos quinze relais situés en Conflent, nous avons pu décrocher le Pôle d’Excellence rural (*), a rappelé Paul Blanc, et à ce jour obtenir une couverture progressive de 95 % de la population conflentoise qui va désormais avoir accès aux dix-neuf chaînes de la TNT. En plus nous avons la garantie d’une maintenance pendant un an ».

La vallée de la Castellane

A 14 h 30, le sénateur honoraire se rendait ensuite au relais de télévision de Molitg-Campôme rejoindre les techniciens de NextWay afin d’assister en direct au passage en numérique, cette fois dans la vallée de la Castellane. Il est vrai que la TNT, dans le bassin pradéen, est le dernier « bébé » du sénateur Paul Blanc lequel, depuis bientôt deux ans, travaille sur ce projet. A toutes fins utiles rappelons que le premier rediffuseur avait été installé à Valmanya il y a deux ans. En une semaine NextWay aura donc déployé six satellites et dix « gap-filleurs » DBVT1 (compatible DBVT2 et H1), nouvelle technologie de télédiffusion permettant d’étendre par le biais de modules, le nombre de chaînes.

Le relais de Campôme couvre toute la vallée de la Castellane, de Molitg à Mosset, la zone d’ombre de Mosset étant relayée par le relais au-dessus du village.

Amélioration de la qualité

Alors que, dans l’après-midi d’hier, les techniciens repartaient mettre en route les autres relais, les usagers prévoyants pouvaient désormais régler leur télévision et profiter d’une image forcément améliorée. Quant aux autres, ils devront s’équiper avant de voir s’animer leur lucarne.

« Ce changement de système ne peut pas s’effectuer en un clin d’œil, a souligné Erik Château. C’est un maillage ou une toile qui se tisse au fur et à mesure ».

Source : L’indépendant du 30/11/2011V. Pons et H. Sobraquès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *